Amenmeryt - Accueil

    Amenmeryt - Akkadien en écriture cunéiforme

 signe du dieu pour vous guider

Sommaire


Le code de Hammourabi

leçon spécialement dédiée à Abi

Le code est écrit en akkadien. Il se compose d’une introduction et de plusieurs centaines d’articles. Chaque article expose le cas (introduit par šumma = si) puis la conséquence.

Les peines sont sévères et du type Loi du talion (« œil pour œil, dent pour dent »). Il y a cependant des variantes selon les 3 classes sociales :

awilum
homme de la classe supérieure
muškenum
homme d’une classe inférieure, ne possédant pas de terres
wardum
esclave

Article n° 196

On étudiera d'abord l'article 196, qui est typique de la Loi du talion. Il se trouve environ au milieu de la face arrière :

emplacement de l'article 196

Il s'agit d'une inscription verticale sur pierre. Pour plus de facilité, j'ai pivoté la photo afin qu'on puisse la lire de gauche à droite, ligne par ligne, comme sur une tablette d'argile. Pour plus de renseignement sur la direction de l'écriture et son évolution, voir l'introduction sur l'évolution de l'écriture.

Hammourabi article 196
Détail de l'article 196

Transcription

šum-ma a-wi-lum
i-in DUMU a-wi-lim
uh-tap-pi-id
i-in-šu
u-ha-ap-pa-du

(le š se prononce comme un "ch" français)

Remarque sur l’écriture : l’écriture est surtout syllabique. DUMU DUMU est un idéogramme sumérien désignant l’enfant. Il est employé pour écrire le mot akkadien marum = fils. Quand le mot est suivi d’un complément de nom, il peut signifier "quelqu’un appartenant à la catégorie de ..."

En akkadien : šumma awilum in mar awilim uhtappid in-šu uhappadu

Grammaire : le nom

Il y a trois cas en akkadien. Les terminaisons au singulier sont :

casterminaisonexemple
sujet -um awilum
objet direct -am 
génitif ou objet indirect -im awilim

Le "m" final est caractéristique des langues sémitiques de la branche Est ("n" pour les langues de la branche Ouest comme l’arabe). Il disparaît au 1er millénaire av. JC.

On peut trouver aussi ce qu’on appelle l'état construit, sans terminaison, suivi d'un génitif (ex. mar awilim = quelqu'un appartenant à la classe des awilum ; in mar awilim = l’oeil de quelqu'un de la classe des awilum)

Grammaire : le verbe

Il y a 4 systèmes verbaux :

  1. le système de base
  2. l’intensif avec un redoublement d’une consonne
  3. le causatif avec l’ajout d’un š
  4. le passif avec l’ajout d’un n.

Il y a 5 formes verbales :

Je vous fais grâce des formes nominales !

ex. racine HPD
système II intensif => percer, crever
uhtappid : parfait (le parfait est reconnaissable à l’ajout de -ta- entre les deux premières consonnes de la racine), 3e personne masculin singulier (voyelle préfixe et pas de désinence)
uhappadu : inaccompli 3e personne masculin singulier (l’inaccompli est reconnaissable à l’ajout de -a- entre les deux premières consonnes de la racine et au redoublement de la 2e consonne).

Traduction

Si un homme a crevé l’oeil d’un homme libre, on crèvera son oeil.


Le féminin en akkadien

Le féminin est construit à partir de la racine du mot à laquelle on ajoute le suffixe -at
On peut ajouter ensuite les terminaisons habituelles -um, -am, -im ou pas de terminaison si c'est à l'état construit (suivi d'un génitif).

exemple
šarrum = le roi (au nominatif)
au féminin : racine + at => šarr + at
šarratum = la reine (au nominatif)

Exercices forum OG


Le nom de Babylone

Nom babylonien

« Babylone » est une appellation dérivant du grec « Babylon ».

La forme babylonienne était Bâb-ili (ou Bâb-ilu). On trouve aussi la forme Babilani.

Remarque : le "m" final de l'akkadien disparaît dans les stades ultérieurs de la langue (babylonien et assyrien).

La traduction est « Porte du dieu / des dieux ».

Ce nom a été traduit en hébreu en « Bab-el ».

Écriture

Le nom babylonien était écrit au moyen d'idéogrammes sumériens :

KA2 DINGIR RA KI
ou KA2 DINGIR KI

KA2-DINGIR(-RA)ki


Le nom de Hammourabi et révision de l'écriture

HAAMMURABI

ha-am-mu-ra-bi

Le signe AM est une combinaison de deux signes : GUD GUD (tête de boeuf) et KUR KUR (la montagne)

L'akkadien est une langue sémitique qui n'est pas apparentée au sumérien. Pour l'écrire, les scribes reprennent les signes cunéiformes sumériens de deux façons :

  1. comme des idéogrammes
    • ex. le signe LUGAL LUGAL repris pour écrire šarrum = le roi
    • ex. le signe DUMU DUMU repris pour écrire marum = le fils
  2. pour leurs valeurs phonétiques, par ex. ici dans le nom de Hammourabi.
    Ils ajoutent quelque fois d'autres valeurs phonétiques :
    • soit des valeurs proches, notamment avec des consonnes sourdes. Par ex. on trouve quelque fois la lecture Hammourapi, le signe BI BI pouvant être également lu PI2 (comme dans l'exemple du code vu ci-dessus, 3e signe de la 3e ligne).
    • soit des valeurs basées sur la lecture d'un idéogramme dans leur langue. Par ex. le signe DINGIR DINGIR lu en akkadien ilum = dieu peut aussi être utilisé pour la valeur phonétique "il" en akkadien (IL3).

Exercices

Pour toute question ou remarque sur le site et son contenu : envoyer un message à Amenmeryt ou remplir le formulaire

Dernière mise à jour de la page le 13/01/16