Amenmeryt - Accueil

Amenmeryt – Noms propres

  homme assisroi

Les noms propres : généralités

Sommaire

Peinture de la tombe de Nébamon (Londres)
Peinture de la tombe de Nébamon
(British Museum, Londres)

Les noms propres égyptiens

Les noms égyptiens avaient une signification (souvent une courte phrase) et pouvaient être abrégés dans la vie courante.

ex. Ramsès : ra-ms-s(w) = Rê l'a mis au monde

Nefertiti : nfr (F35) + ii (M18) + t (X1) + y (Z4) nfrt-ity = La belle est venue

Nefertari : nfr (F35) + i (M17) + r (D21) + 2 traits (Z4) nfrt-iry = La plus belle (des femmes)

« L'antéposition honorifique »

Quand le nom ou le titre est composé à partir d'un nom de dieu ou de roi, celui-ci est écrit en tête, même si sa place dans la phrase n'est pas la première. C'est ce qu'on appelle « antéposition honorifique ».

exemple

cartouche de Sésostris III
Cartouche du roi sur
le linteau de Sésostris III
(Musée du Louvre)

xa-kAw-ra = Khakaourê (nom de couronnement de Sésostris III, voir la leçon sur le pluriel)
écrit dans l'ordre : ra + xa + kAw, le nom du dieu Rê passant en première position.

Les terminaisons

Remarque : la terminaison « – is » qu'on pense typique des noms égyptiens (Isis, Osiris, Aménophis, Sésostris…) et qu'on retrouve dans les noms voulant paraître égyptiens (Amneris, Ramfis ou même dans les noms d'Astérix) est en fait une forme grecque.

Les noms d'origine ont des terminaisons différentes.

Les noms féminins se terminent par –t, mais le t a fini par ne plus se prononcer (voir la leçon sur le genre) :
ex. ist (Iset) => forme grecque « Isis »

Idem pour les noms composés dont le dernier terme est féminin :
ex. s-n-wsrt (Sénouséret = L'homme d'Ouseret) => forme grecque « Sésostris »

D'autres noms masculins ont diverses terminaisons d'origine :
ex. imn-Htp (Amenhotep = Amon est en paix) => forme grecque « Aménophis » (il s'agit en fait d'une confusion avec Amenemope/Amenemipet)
ex. wsir (Ousir) => forme grecque « Osiris »


Les noms de l'opéra Aida

Ce ne sont pas toujours de vrais noms égyptiens et j'ai eu beaucoup de mal à trouver des équivalences.

Les noms du scénario d'origine d'Auguste Mariette, célèbre égyptologue de l'époque, sont : Amnéris, Aïda, Rhadamès, Amounasro, Ramphis, Termouthis (grande prêtresse du temple de Vulcain).

Dans le catalogue de l'exposition Celeste Aida qui s'est tenue fin 2006 début 2007 à La Scala, le rapprochement est fait entre des dessins de personnages de Raffaele Casnedi pour la création à La Scala en 1872 et des planches de Rosellini, Monumenti dell'Egitto e della Nubia : disegnati dalla spedizione scientifico-letteraria toscana in Egitto : distribuiti in ordine di materie. Tomo primo, Monumenti storici, 1832-1844. Ce rapprochement concerne surtout les costumes mais sur les planches, on peut lire des noms égyptiens qui ont peut-être aussi été à l'origine des noms donnés par Mariette.

Vous pouvez voir la version numérisée de la planche XIX sur le site Oxford Digital Library (ODL)

Amneris

rapprochée de la figure de reine avec inscription "la maîtresse des Deux Terres Meritamon" (avec antéposition honorifique pour "Amon").
Meritamon
mryt-imn
Si on lit sans tenir compte de l'antéposition honorifique, on obtient "Amon-meryt", qui pourrait éventuellement donner sous forme un peu abrégée et hellénisée "Amnéris".
Amenmeryt(d'où le nom de ce site)

Ramfis/Ramphis

rapproché d'une autre figure représentant une jeune princesse avec l'inscription "la fille du roi, qu'il aime, l'épouse du dieu, Neferourê", dont la coiffure aurait pu inspirer Raffaele Casnedi pour la coiffure de Ramfis.
Neferourê
nfrw-ra
Là aussi, si on lit sans tenir compte de l'antéposition honorifique, on obtient "Raneferou" qui pourrait vaguement ressembler à "Ramphis" mais cela ne convient pas puisqu'il s'agit d'un nom féminin.
Il est plus vraissemblable de le rapprocher du nom ra-mry-ptH = Rê aimé de Ptah, qui pourrait donner "Ramphis" en étant hellénisé, et qui est apparaît dans l'ouvrage de Mariette sur les mastabas.
ra-mry-ptH (Ranke, Personennamen (PDF), p. 218)

Radames/Rhadamès

vient du nom du dieu Rê, et ressemble un peu à Ramses ou Ramose mais je ne vois pas à quoi peut correspondre le "da" au milieu, peut-être "Rê-Atoum-mes" ??

Amonasro/Amounasro

vient clairement du nom du dieu Amon, avec une forme rappelant les noms éthiopiens.

Aida

Mariette affirme dans une lettre à Du Locle, le 27 avril 1870 :

« Ne vous effarouchez pas du titre. Aïda est un nom égyptien. Il faudrait régulièrement Aïta. Mais le nom serait trop dur et les chanteurs l'adouciraient irrésistiblement en Aïda… »

Mais je ne connais pas de tel nom égyptien. Peut-être iiti = elle est venue ? ou aAti = elle est devenue grande ? La reine Titi (20e dyn.) représentée sur la planche de Rosellini (n° 21) ne semble pas correspondre non plus.

Donc des noms qui ressemblent à des noms égyptiens mais qui n'en sont pas vraiment...


Oupouaout

Retour à la grammaire avec : le complément du nom

Pour toute question ou remarque sur le site et son contenu : envoyer un message à Amenmeryt ou remplir le formulaire

Dernière mise à jour de la page le 13/01/16

Nombre de visites depuis le 26/06/07 :